Psychosomatique Info

Accueil > Exilés et soins psychiques > Cette rubrique est inspirée par une pratique...

Cette rubrique est inspirée par une pratique...

dimanche 27 janvier 2019, par François Journet

Cette rubrique est inspirée par une pratique en psychiatrie de ville avec de nombreux « migrants » en souffrance, rencontrés et suivis durant leur parcours en France : à la période critique de la demande d’asile, succède une évolution conditionnée par l’accueil ou le refus de cette demande, à l’origine de conditions juridiques et/ou de précarité que ne peut ignorer le soin, pour des personnes ne pouvant concevoir un retour au pays d’origine.
Cette rubrique propose d’aborder ce thème de soins psychiques aux personnes exilées en déclinant les questions posées, de manière non exhaustive, proposant des références à des ressources utiles issues des pratiques et théories qui croisent questions sociales, politiques, anthropologiques, psychiatriques, éthiques...
Nous proposons de documenter diverses ressources :
1- Structures impliquées de longue date dans le soin aux personnes en exil et qui offrent des formations et/ou possibilités d’échange
2- Quelques références de la littérature abondante sur le sujet : livres synthétiques, théoriques et pratiques, articles et recherches sur les problématiques ou pathologies rencontrées, sans exclusive des champ scientifiques (médical et biologique, sciences humaines et sociales, historique, médicales…) ou sources situant le contexte général, géopolitique, social, pouvant éclairer les problèmes auxquels les praticiens sont confrontés.

Nous aborderons inévitablement les questions « traumatiques » qui excèdent ici le « trouble traumatique simple » mais relèvent de cette complexité obligeant à une inventivité et une souplesse dans la pratique psychothérapique ou psychiatrique (Cf. interventions et psychothérapies complexes dans les troubles de personnalités) : ici, les difficultés de la relation à soi, à l’autre, au monde, les problématiques de honte et culpabilité, font écho au contexte d’une précarité sociojuridique qui ne peut être oubliée des prises en charge, et participent des questions transféro-contre-transférentielles.
Nous référerons également à ces « balises » contraignant le soin aux exilés que sont la question des certificats et attestations médico-psychologiques, de l’interculturalité ou du complémentarisme, de l’accès au soin, des problèmes juridiques de l’asile et du droit au séjour, du contexte géopolitique.
Il s’agira simplement d’ouvrir à ces questions largement travaillées par les intervenants expérimentés dans ce champ ouvrant sur le monde et requestionnant la clinique psychiatrique, les pratiques de soins, la psychothérapie.

 [1]
 [2]
Les rapports d’activité du COMEDE
 [3]


[11. Comme le montre le rapport d’activité du COMEDE pour 2018 qui montre que 38% des patients suivis au Centre de Santé de Bicêtre à Paris le sont pour troubles psychiques.

[22. Cf. les rapports du Centre Primo Lévi : « La souffrance psychique des exilés en France », juin 2018
https://www.primolevi.org/wp-content/themes/primo-levi/La%20souffrance%20psychique%20des%20exil%C3%A9s_Rapport%20pages.pdf
ou le dossier : « Persécutés au pays, déboutés en France » (2016)
https://www.primolevi.org/wp-content/uploads/2016/11/Pers%C3%A9cut%C3%A9s-au-pays-d%C3%A9bout%C3%A9s-en-France-WEB.pdf

[33. Cf. “Ecarts humains – Ouvrir les frontières de la psychiatrie », F. Journet, in Rhizome N° 63 – Cliniques et migrations.
http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/anciens-numeros/cahiers-de-rhizome-n63-cliniques-et-migrations/ecarts-humains-ouvrir-les-frontieres-de-la-psychiatrie-2038.html

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.